Les Actus du SIAO n°14

Bonjour,

Vous trouverez ci-dessous l’édito de François Fassy ainsi que le lien vers le nouveau bulletin des Actus du SIAO

CHALLENGE

Mettre un terme à la grande exclusion à Paris sur la durée de la mandature, c’est possible. C’est, en tout cas, le challenge qu’ont proposé les associations de solidarité Emmaüs-Défi et Aurore aux candidats à la Mairie de Paris, qui ont semblé prêts à le relever.

La méthode proposée, basée sur la mobilisation de toutes les forces vives, le décloisonnement et la synchronisation des réponses apportées aux personnes, met en jeu au moins trois grands principes d’action:

-Sortir de la logique du « chacun ses pauvres »

-Passer du partenariat à la mutualisation

-Adapter les dispositifs aux personnes (depuis le temps qu’on le dit, faisons-le !)

Le GCSMS SIAO Insertion 75 se retrouve dans ces principes.

Aujourd’hui, la plupart des structures d’hébergement accueillent des personnes qu’elles n’ont pas choisies. Ce ne sont donc pas « leurs pauvres » qu’elles accueillent, mais ceux que nous avons en commun et qui leur sont orientés dans une logique de dépassement des partenariats particuliers, voire de filières, par un collège de travailleurs sociaux auquel contribuent à tour de rôle les différentes structures qui constituent le SIAO, mettant ainsi leurs moyens et leurs compétences en commun. A l’occasion de ce travail d’orientation et au vu des suites qu’elles reçoivent, on perçoit bien, au-delà même des problèmes quantitatifs, les déséquilibres de l’offre qui est mise en face de la demande. Suivant la composition du ménage, son origine géographique et ses ressources, on n’a pas les mêmes chances d’être accueilli.

Tôt ou tard, il faudra bien s’attaquer à la recomposition de l’offre.

Ce que nous essayons de faire à notre échelle, Emmaüs-Défi et Aurore se proposent de le réaliser avec l’ensemble des acteurs sur le champ de l’exclusion. Il nous a semblé naturel d’apporter notre soutien à leur initiative, comme d’autres acteurs l’ont déjà fait également.

 http://aurore.asso.fr/en-finir-avec-la-vie-a-la-rue-cest-possible.html         

SIAO Insertion 75 bulletin n°14

Pour rappel voici les deux derniers bulletins :

SIAO Insertion 75 bulletin n°12

SIAO Insertion 75 bulletin n°13

Journées du travail social les 7 & 8 novembre

La FNARS a organisé les et 8 novembre à Valence les Journées du travail social, réunissant chercheurs, professionnels du travail social et personnes accompagnées.

Les modèles évoluent. Nous ne sommes plus dans une société de catégories où se côtoieraient des gens en difficulté et des gens normaux… La vie est un continuum dans lequel évolue des êtres humains fragiles et vulnérables mais aussi résilients. Chacun peut se trouver en situation de fragilité.

De ce continuum né le tout social, il n’existe plus de clivage. Apparaissent alors de nouvelles pratiques, telle la participation : grâce à laquelle entre en scène cet autre qui pourrait être moi ; se mettent en place de nouveaux dispositifs, tels les que les SIAO, le programme « Housing first » ; et émergent de nouveaux questionnements. Tout cela bouscule nos prérequis, interroge nos pratiques, tente de nous faire sortir de nos résistances, repose la question des politiques sociales, des choix de priorisation des financements, de la responsabilité collective et individuelle.

Il semble que cette dernière décennie nous a déposés au bout du bout de notre système. Force est de constater que celui-ci ne fonctionne plus. Aussi nous faut-il regarder au plus près des pratiques sociales. Il nous faut inventer, ne pas oublier que la France est un pays de Solidarité dont le budget alloué est unique au monde. Il nous faut sortir des cases, aller hors les murs, redéfinir l’accompagnement en plaçant la personne au centre de son pouvoir de vie, réaffirmer la citoyenneté, redonner sa place à chacun dans la Cité.

Ces deux journées du travail social ont été riches d’échanges, de questionnements, d’affirmations… le secteur social est bousculé, fragilisé par ces nouvelles précarités, par l’épaisseur et souvent l’illisibilité des différents dispositifs, par le manque de pertinence des réseaux qui empêche la fluidité et la continuité des parcours individuels. Les travailleurs sociaux ne se sentent plus légitimes. Ils demandent des réponses, un soutien des associations, une reconnaissance de leurs missions par les pouvoirs publics. La demande est forte d’être entendu, accompagné et soutenu dans ce que la FNARS nomme « la R-Evolution du travail social ».

Faut-il créer des consultations sociales de proximité ? Affirmant ainsi que l’accompagnement social fait partie intégrante du droit commun ? Faut-il sortir de la logique de contractualisation et ainsi repenser le Aller vers ? Faut-il lier l’intervention sociale à des objectifs de veille et donc de prévention ? Faut-il décloisonner les dispositifs pour que chacun, dans le moment de vie où il se trouve puisse obtenir une réponse adaptée sans être stigmatisé ? Faut-il créer un Droit Opposable à l’accompagnement ?

Faut-il travailler hors les murs afin de remettre cet autre, qui pourrait être moi, au sein de la Cité, dans sa Citoyenneté ? Et ce faisant, apprendre à développer des accompagnements « à la carte », avec une équipe dédiée qui se retirera lorsque ce sera le moment.

Faut-il développer une offre de logement qui se substituerait peu à peu à l’offre actuelle des CHRS ? De plus en plus tendre vers un hébergement qui soit une réponse adaptée et non une réponse par défaut et ainsi permettre que la mise à l’abri redevienne une réponse à l’urgence des situations et non une réponse au manque d’hébergement et de logement.

Nous sommes donc en marche pour une mise en oeuvre de cette R-Evolution du travail social. Et si nous ne sommes pas tous au même endroit dans cette réflexion, il est évident que ce changement profond de nos pratiques et de nos regards sur le champ social doit être issu d’une volonté commune aux acteurs institutionnels et associatifs.

Marie-Josée Moraïes

Thierry novembre 4, 2013 Pas de commentaire

Campagne de sensibilisation pour inscriptions sur les listes électorales

Conformément à notre mission de soutien à l’accompagnement social, nous avons souhaité, dans le cadre du groupement, faire une campagne de sensibilisation à l’inscription sur les listes électorales, avec le soutien de la Fondation Abbé Pierre et de la Fnars.

affiche

Veuillez trouver ci-joint le visuel des affiches et flyers qui seront largement diffusés auprès des associations membres du Groupement.

A bientôt

Second séminaire du Groupement associatif du SIAO 75

Le second séminaire du Groupement associatif du SIAO 75 a remporté un vrai succès d’audience puisque près de 700 personnes ont participé à cette journée de travail le 1er octobre 2013.
Pour autant, la montée en charge du travail du SIAO, son inscription dans le dispositif AHI et l’adhésion de l’ensemble du secteur au travail de régulation et de coordination effectué par l’équipe du SIAO sont pratiquement acquis deux ans après son lancement.

Présentation PDF

Les thèmes retenus pour nos 3 ateliers correspondent bien à des préoccupations largement partagées par l’ensemble des acteurs même si, compte tenu du temps imparti et du nombre de participants, l’appréhension des thématiques n’a pas suffisamment été développée.
La table ronde a permis de poser clairement les impasses de nos dispositifs et les besoins sans cesse à renouveler de décloisonnement, de confrontation et de mutualisation.
Tout le monde a pu constater lors de cette journée que les enjeux de la lutte contre l’exclusion dépassent largement la seule mise en œuvre du SIAO.

Devant un tel succès, cette journée s’installe comme un rendez-vous annuel du travail social sur Paris et nous oblige à un engagement à la hauteur des attentes formulées par les participants.
Nous remercions vivement l’equipe du Palais de la Femme pour son accueil aussi chaleureux malgré l’ampleur de l’évènement.

L’équipe du SIAO

Bulletin n°11

 Du nouveau pour la rentrée ?

Que serait septembre sans ses marronniers? Rentrée littéraire, rentrée scolaire, rentrée mé-diatique ou politique… et rentrée des sans abri. Moins « grand public » certes mais, là aussi, il faut créer l’évènement. Car il y a urgence….
La rentrée des SDF ? En principe 2013 sonne « la fin de la gestion au thermomètre ». Par voie de conséquence, la fin des plans hivernaux de territoires est annoncée. C’est donc la fin des remises à la rue brutales, en mars, sous des températures plus clémentes, mais parfois aussi sous la pluie…

Malheureusement tout laisse à penser qu’il en sera autrement. Il suffit de se balader dans nos rues pour se rendre compte des efforts qu’il nous reste encore à produire. Allons-nous passer le cap des 25 000 nuitées hôtelières? Celui des 10 000 places en hébergement d’urgence ? A Paris, les efforts des pouvoirs publics sont historiquement croissants. Malgré cela, la situation ne s’améliore pas et le compte n’y est pas ! Pour que cette rentrée 2013 soit un évènement qui marque une rupture dans l’histoire des plans hivernaux, il conviendra de réaliser des amé-liorations en profondeur. S’il est indispensable de réclamer des places d’hébergement, des postes de travailleurs sociaux, des logements, cela ne suffit plus.

Nous devons construire, en parallèle, la ligne d’horizon d’une exigence nouvelle. En effet, nous sommes rattrapés par un phénomène aggravant, inquiétant et grandissant qui s’ajoute aux demandes insatisfaites. C’est celui du « non-recours » aux prestations sociales, y compris l’hébergement, des per-sonnes ou des ménages qui, pour différentes raisons, n’accèdent pas aux droits et services auxquels ils peuvent prétendre. Il existe plusieurs formes de non-recours, qui s’expliquent par un manque d’information, par la complexité des démarches, par le contenu de l’offre ou en-core par une inhibition des ayants droit. Il existe également des gens qui n’engagent plus de démarches : ce sont celles et ceux que les institutions perdent de vue. Le SIAO de par son observation de plus en plus fine et sa nature coopérative, a indubitablement un rôle à jouer sur la visibilité des exclusions pour rendre visible ce qui est invisible. De même, ses efforts et ses exigences pour créer de la fluidité dans le dispositif d’hébergement et d’accès au loge-ment, et donc faire de la place à tous, doivent être plus déterminants.

Nous sommes, Associations, les premières concernées par cette fabrique de la sur-exclusion. Il nous appartient alors d’en réduire ses effets et d’en finir avec « les angles morts de la soli-darité » ! François MORILLON

SÉMINAIRE DU SIAO INSERTION 75

  • Le deuxième Séminaire du GCSMS se tiendra le 1er octobre 2013, de 9h00 à 17h00, au Palais de la Femme (Paris 11ème).
  • Trois ateliers s’interrogeront, sur les thèmes suivants :
  • Urgence & Insertion : comment mobiliser une solution adaptée Expert : Julien Damon
  • La réforme des attributions de logement Expert : Samuel Mouchard
  • Dégradation de la santé des personnes accueillies Expert : Jean Furtos
  • Débat en séance plénière avec Brigitte Berrat, Marie-Françoise Lavieville, Julien Damon, Florent Gueguen, Eric Pliez, un représentant du CCRPA

L’ ENQUETE SANS DOMICILE INSEE– INEED 2012

Les résultats montrent que 103 000 adultes ont utilisé des prestations d’hébergement et de de distribution de repas. Près de 80% d’entre eux, accompagnés de 3 000 enfants, étaient sans domicile. Une rapide comparaison avec les résultats de l’enquête de 2001 montre que le nombre de sans-domicile a progressé de 44% entre 2001 et 2012. Et la part des étrangers est passée de 38% à 53%. Pour rappel, 65% des personnes qui ont fait des demandes au SIAO en 2012 sont des étrangers, ce résultat va dans le même sens que la progression de la part des étrangers observée dans l’étude. Cette étude fait écho aux remarques faites par les SIAO sur le besoin d’adapter l’offre de logement et d’hébergement aux profils des SDF.

http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=ip1455

LES CHIFFRES CLÉS DU SIAO INSERTION 75 EN 2013

Nbr d’évaluations enregistrées / personnes depuis le 01/01/2013  – 5971 / 9178
Nombre d’évaluations traitées / personnes au cours de 4 derniers mois  – 2415 / 3761
Nbr de places d’hébergement (personnes) / logement adapté et Solibail (ménages) * – 1056 / 849
Nombre d’admissions hébergement ménages / personnes – 714 / 955
Nombre d’admissions logement adapté ménages / personnes* – 231 / 275
Nombre d’entrées Solibail ménages / personnes * – 135 / 521
Nbre d’orientations non abouties à l’initiative de l’opérateur/usager/autre – 386 / 250 / 239
Nombre de commissions d’orientation en août / travailleurs sociaux – 13/39

(*) le différentiel entre les places et les admissions correspond au délai d’attente avant l’entrée dans les lieux et aux échecs de propositions

LA GESTION DES PRIORITÉS

Devant le rapport disproportionné entre l’offre et la demande, il est nécessaire de définir des critères de priorités pour le traitement des situations ; c’est ce que nous faisons en accord avec la DRIHL, retenant prioritairement les situations indiquant des éléments de vulnérabilité (santé, violence, âge…) ainsi que les demandes de la veille sociale (CHU, Maraudes, ESI, PSA) ou la reconnaissance PU DALO.
Entre le 22 et le 26 juillet, sur 200 évaluations reçues (hors réactualisations), 146 situations sont réputées prioritaires, soit 73% :

  • 126 situations en provenance de la veille sociale,
  • 13 personnes vulnérables ou victimes de violence,
  •  7 reconnues prioritaire DAHO / DALO

De plus,18 demandes de sortants de CHRS ont été reçues pour une orientation vers du logement, ce qui permettrait la libération de places d’hébergement,
Dans le même temps , 37 places en centres d’hébergement étaient disponibles et 17 positionnements ont été faits sur le dispositif SOLIBAIL ainsi que 4 orientations via le GIP HIS vers des logements du contingent « action logement » .

Soucieux de respecter un traitement équitable, le classement des situations devait permettre de traiter de manière prioritaire les évaluations des personnes qui en auraient eu le plus besoin.
Pourtant, la seule hiérarchisation des situations individuelles ne pourra jamais être la solution aux problèmes structurels dus à la progression de la pauvreté et à des choix de société.
Aujourd’hui, le SIAO n’est plus en mesure de positionner systématiquement les situations prioritaires…pourtant prioritaires….

LA GRILLE D’ ÉVALUATION : RAPIDE ET PLUS SIMPLE

Pour améliorer quotidiennement la saisie et réduire l’incommensurable retard que nous prenons dans le traitement des évaluations, à partir du 1er octobre, les tra-vailleurs sociaux pourront adresser leurs évaluations au SIAO Insertion 75 via un formulaire accessible par Internet. L’accès à ce formulaire nécessitera une adresse mail et une inscription. La connexion sera protégée par mot de passe individuel.

Une fois la fiche complétée, elle pourra être saisie automatiquement dans la base de données, au jour le jour, ce qui a toujours été un objectif non atteint jusqu’à présent ! Cette nouvelle grille est plus simple à utiliser que la grille sous format Excel. Ce Système d’Enregistrement Rapide et de Traitement des demandes d’Insertion et de leur Orientation (1SERTION) permettra la continuité du service en l’améliorant, en attendant la livraison de la version opérationnelle et complète (incluant le logement) du SI-SIAO, annoncée pour la fin 2014.

Nous travaillons actuellement sur les derniers aménagements techniques. Le blog SIAO 75 disparaitra également le 1er octobre, et le site internet centralise-ra désormais les informations utiles, et la possibilité d’envoi des grilles d‘évaluations sociales. D’ici là vous pouvez toujours adresser vos évaluations par mails.

SIAO Insertion 75 bulletin n°11